Depuis 1998, la Société de généalogie de Québec (SGQ) récompense les meilleurs articles parus durant l'année de publication en cours, en attribuant le Prix de L'Ancêtre.

Voir Conditions du
Prix de L'Ancêtre - volume 42 pour connaître les règles qui s'appliqueront aux articles publiés dans ce volume.

 

PRIX DE L’ANCÊTRE 2015 - 2016 - VOLUME 42 – 19e ÉDITION

La Société de généalogie de Québec remercie Les Éditions du Septentrion pour son soutien, et l’assure de sa reconnaissance pour le parrainage des trois bourses remises aux lauréats du Prix de L’Ancêtre, volume 42. Les membres du jury étaient Sabine Champagne, Pierre Laporte, et Sophie Imbault des Éditions Septentrion.

 

1er Prix ( Article de fond )

Réjean Binet

L’Ancêtre, volume 42, numéro 313, hiver 2016, p. 98 à 112.

« Robert Giffard : les engagés de 1634 ».

BinetRejean w

Robert Giffard a rapidement cru à l’aventure canadienne. Il a voulu y développer le commerce du bois et a engagé des gens pour ce faire. Les exemples de Jean Guyon et Zacharie Cloutier sont bien connus. Réjean Binet nous livre ici un excellent article sur les engagés, hommes et femmes, qui avaient moins retenu l’attention : Noël et Jean Juchereau, Gaspard et Marin Boucher, François Bellenger, Claire Morin, Jeanne Mercier, Noël Langlois, Robert Drouin, Barthelemy Moyne, Denis Robert, Jean Côté, Martin Grouvel, James Bourguignon, Henri Pinguet et Pierre Clust. Il livre une liste mise à jour de ces Percherons arrivés en 1634. Dans un style vivant, M. Binet effectue une solide critique des sources et textes des historiens en plus d’apporter un éclairage nouveau sur les débuts de la colonie.

 

2e Prix ( Étude )

Guy Parent

L’Ancêtre, volume 42, numéro 314, printemps 2016, p. 222 à 224.

Chronique Ad Lib « Mes origines : diversité ou homogénéité ».

ParentGuy w

Vous cherchez une démarche complète et approfondie d’une étude généalogique de vos ancêtres ? Dans la chronique « Mes origines : diversité ou homogénéité », l’auteur nous décrit un parcours commençant par une recherche élémentaire à partir du patronyme paternel jusqu’à une analyse complète d’ancêtres. L’article nous amène au-delà d’une simple description des ancêtres à une analyse synthétique de ceux-ci nous révélant que l’ancêtre de notre patronyme n’est pas nécessairement celui qui a contribué le plus à notre diversité génétique. Même les généalogistes avancés y trouveront une approche d’analyse innovatrice.

 

 

3e Prix Mention spéciale ( fond ou étude )

Gertrude Gilbert

L’Ancêtre, volume 42, numéro 313, hiver 2016, p. 135 à 141.

« Étienne Gilbert et Marguerite Thibault, mes ancêtres ».

GilbertGertrude w

Étienne Gilbert, résidant chez Paul Chalifour, travaille comme scieur de long avant de s’établir à Saint-Augustin-de-Desmaures en 1683. D’où venait-il ? Qui étaient ses parents ? Questions d’autant plus pertinentes que l’auteure ne prétend pas réinterpréter ou réécrire l’histoire d’Étienne. Présentant les faits, elle retrace l’itinéraire de son ancêtre et répond aux interrogations en puisantaux nombreuses sources notariales. Dans un texte bien documenté, au style clair et limpide, l’auteure nous raconte la vie du couple Gilbert-Thibault et celle de leurs treize enfants pour notre plus grand bonheur. Faire la connaissance de Jean-François dont les descendants deviendront les propriétaires de la terre ancestrale jusqu’en 1949, de Marie-Angélique la couturière ou d’Augustin le maître taillandier nous redonnent le goût et l’engouement pour connaître d’autres ancêtres.

 

© 2017 SGQ - Tous droits réservés  |  Site Web fait par POPcliQ  |  Pour des commentaires sur le site web, contacter le Webmestre