Depuis 1998, la Société de généalogie de Québec (SGQ) récompense les meilleurs articles parus durant l'année de publication en cours, en attribuant le Prix de L'Ancêtre.

PRIX DE L’ANCÊTRE 2017 - 2018 - VOLUME 44 – 21e ÉDITION

La Société de généalogie de Québec remercie Les Éditions du Septentrion pour son soutien, et l’assure de sa reconnaissance pour le parrainage des trois bourses remises aux lauréats du Prix de L’Ancêtre, volume 44. Les membres du jury étaient Daniel Vézina, Gaston Deschênes et Pierre Laporte.

 1er prix (Article de fond)

Lise Tessier (6474)

L’Ancêtre, volume 44, no 320, automne 2017, et no 321, hiver 2018.

Jean Feron ou Ferron (1724-1793) : un Manchois en Nouvelle-France.

 

Prix Tessier

L’auteure raconte avec beaucoup d’habileté l’histoire mouvementée de son ancêtre Jean Feron depuis sa vie en France jusqu’à son établissement en Nouvelle-France et ses déplacements tout au long du XVIIIe siècle.

Malgré le manque d’information dont elle disposait, elle a réussi à nous faire un récit des plus vraisemblables et à éveiller notre intérêt et notre enthousiasme à suivre les péripéties de ses personnages.

Les cartes géographiques, les plans et les gravures d’époque ajoutent à la mise en contexte et nous avons l’impression de lire un roman d’aventures.

 

 2e prix (Étude)

Claude Girard (4743)

L’Ancêtre, volume 44, , no 322, printemps 2018.

Sur la trace de Thomas Hardy Urin 

PRI Claude Girard 2017

 

Bien que relativement court, voici un bel exemple d’un travail fouillé et rempli de petits détails intéressants. De plus, il couvre un vaste aspect d’une recherche généalogique allant de l’analyse méticuleuse du contenu de documents notariés jusqu’à celle des variations de la graphie du nom de l’ancêtre.

Même si l’auteur n’a pu répondre précisément à la question de l’origine de cet ancêtre, il fait preuve d’honnêteté et d’objectivité face aux diverses hypothèses avancées. Cet article pourrait être avantageusement utilisé comme modèle pour des recherches de même nature.

 3e prix (Mention - fond ou étude)

René LaBarre (7463)

L’Ancêtre, vol. 44, no 320, automne 2017, et no321, hiver 2018.

La famille Genêt à Juigné-sur-Loire (1ere partie) et La famille Genêt à Juigné-sur-Loire et la vie de Jacques en Nouvelle-France (2e partie) .

Prix LaBarre

 

René Labarre est parti sur les traces de ses ancêtres à Juigné-sur-Loire. Après des recherches intensives, et bénéficiant de la collaboration des historiens locaux, il a retrouvé ses ancêtres au château du Plessis, au service des de Conquessac. Il a suivi Jacques Genêt dit Labarre dans son parcours jusqu’en Nouvelle-France où il a été militaire puis taillandier.

La recherche est exemplaire; l’article aussi : très documenté, bien mis en contexte, ordonné, instructif.

Mais pourquoi « Labarre »? À cause de la « barrière d’octroi », où il fallait payer un droit de passage, qui était accolée à la maison ancestrale.

© 2018 SGQ - Tous droits réservés  |  Site Web fait par POPcliQ  |  Pour des commentaires sur le site web, contacter le Webmestre  |  Plan du site